La juge France Charbonneau et l’intégrité à géométrie variable…

See on Scoop.itUn cancer létal

 

Maintenant, une organisation n’est jamais plus solide que le plus faible de ses maillons. N’oubliez jamais le copinage malsain existant entre la politique et le judiciaire tel qu’il fut exposé devant la commission Bastarache à travers les post-it de Chantal Landry.

 

La juge France Charbonneau doit son poste de magistrat a une nomination partisane effectuée par le gouvernement sous influence de Paul Martin, l’homme de main de Paul Desmarais comme tout le monde fut en mesure de le constater après avoir visionné ‘Le temps des bouffons’ tourné à Sagard. Or il appert que la juge Charbonneau s’est copieusement salie les mains dans un dossier controversé impliquant l’Ordre des Ingénieurs du Québec, au cœur de la controverse justifiant la mise en place d’une commission d’enquête. http://bit.ly/bDsxFE

 

En raison de cet acte de prévarication, un citoyen croupit présentement à l’ombre depuis des années. Daniel Bédard s’avère être un prisonnier politique oublié dans les dédales du système carcéral. En outre, M. Bédard est réduit au silence par médication forcée, un peu comme le furent les dissidents sous la botte soviétique. Ce dossier devrait être la priorité de la commission Charbonneau, mais en raison de sa présidente, il y a fort à parier qu’il n’en sera rien.

 

 Daniel Bédard est actuellement persécuté parce qu’il a osé dénoncer un ingénieur qui est, soit un incompétent, soit un fieffé voleur. M. Bédard, technicien en architecture, détenait un contact avec un gros client, donneur d’ouvrage. Daniel a dessiné les plans soumis par la suite à l’ingénieur afin d’approbation. Le rôle de l’ingénieur Pierre Sicotte, domicilié à Longueuil, consistait simplement à approuver de son sceau d’ingénieur les plans dessinés par un tiers. Or, pour d’obscures raisons, Sicotte a subséquemment modifié les plans d’origine en y introduisant une erreur fatale empêchant M. Bédard de finaliser le projet.

 

M. Bédard est persécuté parce qu’il a osé demander à un ingénieur fautif de rectifier une erreur de conception sur un plan, ceci dans le but de protéger le public. Depuis l’effondrement du viaduc de la Concorde, les Québécois sont conscients que les ingénieurs peuvent parfois concevoir des plans erronés, n’est-ce pas ? L’ingénieur en question, orgueilleux comme un paon, n’a jamais accepté de se faire corriger par un simple technicien et, plutôt que de s’amender, a plutôt entrepris de se plaindre du comportement de M. Bédard auprès de son ordre professionnel. C’est à partir de ce moment que la situation a dégénéré.

 

Comme tout professionnel le sait dans cette province, les ordres professionnels existent davantage pour protéger leurs membres cotisants ($$$) que le public, et ce en dépit de leur mandat pourtant très clair de protéger le public. C’est ainsi que nous sombrons lentement mais inexorablement vers un corporatisme malsain en droite ligne vers le fascisme. Et la magistrature ne représente qu’un autre rouage de transmission dans cette dynamique.

 

Sans vous inonder de détails inutiles et fastidieux, je vous signale 2 petits éléments tirés de cette histoire rocambolesque qui devraient nous faire réfléchir quant au rôle de la justice et de l’ordre des ingénieurs dans cette affaire :

 

1- Comment interpréter le fait que le verdict du jury, moment crucial de tout procès (min 3.03 de l’enregistrement) soit inaudible alors que l’enregistrement est très net, avant et après ? http://youtu.be/3vaRepk3q14

 

2- Comment comprendre que l’ordre des Ingénieurs a en bout de ligne donné raison à Daniel Bédard au sujet de sa demande d’enquête relativement au travail inadéquat de Sicotte sans jamais donner suite à sa demande d’enquête ? http://is.gd/uN8QSW

 

 

 

 

           

See on prevarication101.blogspot.fr

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s