Les coïncidences douteuses

Pietro Perrino, ancien directeur du camp du Non et ex conseiller de Jean Charest semble être au coeur de cette mafia infiltrée dans toutes les ramifications de l’état tentaculaire.
Michel Hébert nous dresse un bon portrait d’ensemble ici qui mériterait du sérieux travail d’enquête policier. http://bit.ly/1m4CJqm

Mais comme nos sommes parfaitement conscient du fait que la police obéit à des commandes politiques, il suffirait qu’un jounaliste sonne le grelot ! C’est Robert Lafrenière lui-même ancien policier, qui était sous-ministre dans le bureau de Jacques P, Dupuis en contact avec la SQ pour délivrer le permi de port d’arme à Luigi Coretti le patron de BCIA !

Les analystes

Par Guillaume S. Leduc,

J’ai l’impression que nous n’avons pas fini d’entendre parler du Bureau canadien d’investigation et d’ajustements (BCIA). La semaine dernière, nous avons appris que le président de cette firme de sécurité, Luigi Coretti, avait offert une carte de crédit de sa compagnie à son bon ami Tony Tomassi. C’est la goutte qui a fait débordé le vase et Jean Charest a congédié son Ministre de la famille. En fin de semaine, on apprenait que le cabinet de Jacques Dupuis aurait peut-être lui aussi quelque chose à se reprocher dans cette affaire. Qu’en est-il vraiment ? Regard sur une firme de sécurité aux prises avec de nombreuses coïncidences douteuses.

View original post 466 autres mots

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s